Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 21 Mai 2018, 03h04

Le commissaire enquêteur a remis un avis favorable à la rouverture de la ligne entre Orléans et Châteauneuf-sur-Loire, un feu vert assorti néanmoins de quelques réserves d'ordre technique. 

À l’issue de l’examen de ce rapport, le préfet du Loiret émettra donc un avis définitif qui pourrait déboucher sur une déclaration d’utilité publique (DUP).

FEU VERT - Est-ce enfin le bout du tunnel pour la ligne ferroviaire entre Orléans et Châteauneuf-sur-Loire ? Le 11 janvier, le commissaire enquêteur, en charge donc de l’enquête publique, a remis au préfet un avis favorable relatif à l’ouverture de cette ligne aux voyageurs, une ligne de 27 kms de long et fermée depuis la Seconde guerre mondiale. 

Si, globalement, les 80 pages du rapport remis en préfecture sont donc favorables à l’ouverture de cette ligne, les conclusions du commissaire- enquêteur intègrent un certain nombre de réserves techniques, selon les informations de nos confrères de France Bleu Orléans, des obstacles que le maître d’oeuvre, autrement dit la SNCF, pourrait, pour ne pas dire devrait, être en mesure de dépasser. 

La ligne envisagée par le projet. (Source SNCF)

Image1.jpg

 

Des travaux estimés à 200 millions d'euros

À l’issue de l’examen de ce rapport, le préfet du Loiret émettra donc un avis définitif qui pourrait déboucher sur une déclaration d’utilité publique, le préalable au lancement des travaux. Des travaux considérables - créations de gares, de souterrains, de passages à niveau, etc. - dont le coût est estimé à quelque 200 millions d’euros et dont le financement serait porté à hauteur de 150 millions par la Région, une enveloppe complétée par des crédits européens (40 millions) et par une contribution de l’État arrêtée, elle, à 20 millions d’euros. Cette liaison entre Orléans et Châteauneuf-sur-Loire, qui desservirait également Saint-Jean-de-Braye, Chécy, Mardié, et Saint-Denis-de-L’Hôtel, pourrait être utilisée par 8.000 voyageurs quotidiennement. Le calendrier prévoit une mise en service possible en fin d’année 2021.   

A. G.