Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 10 Décembre 2018, 12h57

Tourisme

Sujets relatifs au tourisme

EN PROGRÈS - Que retenir du bilan touristique dressé par la ville d’Orléans pour l’année 2017 ? D’abord, que l’évolution est manifestement favorable avec un nombre de nuitées en hausse par rapport aux années précédentes grâce, notamment, à l’essor de l’offre privée - les meublés et chambre d’hôtes - qui permettent aux touristes de retrouver un confort familial proche de celui qu’ils ont quitté. Ainsi, la ville marque une hausse de presque 18% dans le nombre de nuitées au cours de l’année 2017 pour un chiffre global, à l’échelle cette fois de la métropole - donc de l’agglomération - de 880.463 nuitées.  

RAYONNEMENT - Le rôle et les moyens alloués à l’office de tourisme d’Orléans reviennent sur le devant de la scène politique en ce mois d’août et alors que la cité johannique, comme toutes les villes de France, a des ambitions touristiques grandissantes. Ainsi, dans un communiqué de presse, c’est Marie-Emmanuelle Matet de Ruffray, au nom de l’opposition municipale PS, qui interpelle l’exécutif municipal sur la politique mise en place à l’échelle de la ville pour faire coïncider moyens matériels et humains, et ambitions revendiquées. Et l’élue prend appui sur le fonctionnement de l’Office de tourisme pour regretter, précisément, le « retard d'Orléans en matière d'accueil touristique »

EN FUITE - Elle incarnait les nouvelles ambitions de la municipalité en terme de tourisme et de rayonnement, et avait pour feuille de route de faire d’Orléans « une destination incontournable », selon la formule d’Olivier Carré, maire (LR) de la ville. Pourtant, un an seulement après sa prise de fonction, Geneviève Fontaine, la directrice de l’office de tourisme et de la SPL Orléans Val de Loire tourisme - Société publique locale dotée d’un budget de 900.000 euros et portée dans un premier temps par la ville et la métropole - est déjà sur le départ. Elle ne sera plus Orléanaise à compter du 1er juillet prochain. Officiellement, on évoque dans la coulisse un débauchage de la part d’une ville avec des atouts touristiques plus forts. D’évidence, il n’est pas question que de cela. La nouvelle directrice a-t-elle bénéficié de la liberté de manœuvre qu’elle souhaitait ? Les ambitions affichées par l’exécutif étaient-elles à la hauteur des siennes ? Ou faut-il y voir des problèmes d’ordre relationnel ? (...)

CINÉSCÉNIE - Le projet de créer un grand spectacle populaire qui pourrait servir de locomotive à l’offre touristique régionale intéresse au plus haut niveau de l'État, selon notre confrère, Bruno Besson, de La Nouvelle République du Centre Ouest (NRCO). Porté par Guillaume Peltier, l'amendement proposant la création d'un grand spectacle populaire, à l'image de celui du Puy-du-Fou, a toutefois été rejeté dans l'hémicycle régional, la semaine dernière. Le président du groupe d'opposition régionale a, malgré tout,  annoncé que ce spectacle verrait le jour, même sans l'aide de la Région. Et les choses semblent se préciser...

REJET - L’amendement proposé par l’UDC - Union de la droite et du centre - pour créer un grand spectacle historique et populaire qui pourrait servir de locomotive à l’offre régionale a été rejeté, ce jeudi 15 décembre, par les élus de la majorité PS-Verts mais également par ceux du Front national. Qu’importe, avec ou sans l’aide financière de la région, Guillaume Peltier, porteur de ce projet, ira bel et bien au bout. Ce spectacle verra donc le jour - entre 2019 et 2020 vraisemblablement - dans le département du Loir-et-Cher puisque le projet a été entériné par Maurice Leroy, le président du Département, et par un appui de marque en la matière : Philippe de Villiers, président-fondateur du Puy-du-Fou et président de Puy-du-Fou international.

TOUT UN POEME. Tout n’est-il que calme, luxe et volupté dans la cité johannique ? L’image que la mairie d’Orléans a voulu promouvoir à destination du public chinois à travers un clip vidéo de 3.30 mn est celle d’une ville élégante, riche et délicate, sublimée par des images au parti pris esthétisant très marqué et portée par l’Invitation au voyage de Baudelaire. Soleil couchant, Loire irisée, beautés du patrimoine architectural, festivités raffinées, hédonisme (...)

COCORICO - La fréquentation des touristes étrangers en France a augmenté de 0,9% en 2015 pour atteindre 84,5 millions de visiteurs, mais les attentats de novembre 2015 «ont limité cette progression, en particulier dans la capitale», a déclaré vendredi Jean-Marc Ayrault. Le ministre des Affaires étrangères, en charge du tourisme, a toutefois salué d'«excellents chiffres» et souligné que cette progression «est notamment due à la hausse spectaculaire du nombre de touristes asiatiques (+22,7%)». Un constat largement partagé en région Centre-Val de Loire pour cette même année 2015 : « La fréquentation touristique de la saison estivale 2015 est... Il vous reste 80% de l'article à lire.

NUMERIQUE. Visiter le château de Sully-sur-Loire depuis votre salon, ce sera bientôt chose possible. Le Département du Loiret vient en effet de signer un partenariat avec Google, et plus précisément avec la plateforme en ligne Institut Culturel Google, par le bais duquel il autorise le géant américain à collecter puis diffuser des images, intérieures et extérieures, du château. (...)

AMBITIONS. Le développement du tourisme régional constitue l’une des axes forts du programme LR-UDI aux élections régionales de décembre. Premièrement, parce que ce secteur d’activité n’ a pas été « servi par les ambitions nécessaires », selon Philippe Vigier (UDI), chef de file de l’alliance du centre et de la droite, mais aussi, et surtout peut-être, parce que le candidat centriste estime que le tourisme devrait générer 10.000 emplois non délocalisables en région Centre-Val de Loire en plus des 24.000 déjà existants. (...)

VÉLOROUTE - Le département du Loiret lance, à l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité, qui se déroule du 16 au 22 septembre 2015, un nouvel itinéraire cyclable le long des canaux du Loing et de Briare, baptisé Véloroute (...)

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg