Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Novembre 2017, 06h33

Stationnement

sujets relatifs au stationnement

SERVICE RENDU - « Stationnez, cliquez, c'est réglé ! » Le slogan du tout nouveau paiement à distance du stationnement en ville annonce d'emblée la couleur. La facilité, la simplicité et surtout « le service rendu à la population » étaient, ce lundi 29 août, les arguments de vente du député-maire (LR) d'Orléans, enthousiaste de faire connaître aux usagers (visiteurs, résidents, abonnés ou non) ce nouveau procédé de paiement « très pratique » et découvert à Paris. Conquis donc, Olivier Carré l'a transposé dans sa ville qu'il veut « intelligente » et toujours plus connectée. Orléans est même la première commune à disposer de ce type de service en région Centre-Val de Loire (...)

PROPOSITIONS - La réforme portant sur l'extension du stationnement payant dans tout le centre-ville jusqu'aux boulevards de la ville n'a pas que des ennemis. En effet, vendredi, le groupe municipal EELV d'Orléans faisait savoir qu'il « se pronon(çait) en faveur cette mesure ». Une position claire, loin de toute opposition stérile au maire d'Orléans (Les Républicains), Olivier Carré. « Cette annonce a généré rapidement une mobilisation contre « la fin des places de parking gratuites en centre-ville », notamment via une pétition à laquelle EELV ne s'associe pas. Notre souci est en effet d'encourager nos concitoyens à privilégier les modes de déplacements doux et les transports en commun, afin de limiter progressivement l'usage de la voiture en centre-ville, tout en apaisant la circulation et en partageant mieux l'espace public », indiquait Jérôme Beyler, représentant d'EELV Orléanais, aux côtés de Jean-Philippe Grand, conseiller municipal écologiste (...)

VANDALISME - «Sept horodateurs» au total ont été vandalisés depuis le 22 février à Orléans. Le collectif anonyme d'Orléanais révoltés, comme il se fait appeler, appelle, sous forme de tracts, « à la résistance citoyenne » et « au sabotage » des horodateurs dans l'hyper-centre jusqu'au boulevards, un rayon où le stationnement payant a été étendu depuis le 1er mars. La Ville d'Orélans et Orléans-Gestion ont décidé de porter plainte. Jean-Luc Poisson, adjoint au maire d'Orléans en charge du stationnement, revient sur ces actes de vandalisme et le coût pour la collectivité.

STATIONNEMENT PAYANT - La fronde contre l'extension et même la généralisation du stationnement payant en centre-ville d'Orléans est passée des paroles aux actes. En effet, des pétitions en ligne aux appels au sabotage des horodateurs par « le collectif citoyen d'Orléanais révoltés », des individus ont franchi le pas en procédant à la dégradation de plusieurs machines depuis le 1er mars, date de mise en application de cette mesure municipale. Rappelons que 1.700 places payantes supplémentaires (soit 2.900 au total) ont été étendues jusqu'aux boulevards orléanais et 105 horodateurs nouvelle génération ont été installés « pour un coût de 7.000 à 8.000 € par machine, soit environ 800.000 € d'argent public », peut-on lire sur le document dudit collectif (...)

STATIONNEMENT - « Tout est-il bon pour s'enrichir ? » C'est la question que pose l'ex-représentant du Mouvement des Jeunes Socialistes, Yann Chaillou, à propos de « la généralisation du stationnement payant dans l’ensemble du centre-ville d’Orléans à compter du 1er mars prochain ». À ce propos, une pétition circule actuellement pour s’opposer à cette mesure.

COMPROMIS - On se souvient de l'émotion, pour ne pas dire l'indignation, suscitée par le projet de rendre payant les parkings du Nouvel Hôpital d'Orléans pour les usagers. Le conseiller municipal communiste, Michel Ricoud, comparait même cette éventualité à du « racket », tandis que le député-maire d'Orléans (Les Républicains) avait, lui aussi, émis par un courrier adressé, en septembre dernier, au directeur de l'hôpital ses « plus grandes réserves » sur la question. « Quand on accompagne quelqu'un ou que l'on va se faire soigner en voiture, ce n'est pas de gaieté de cœur. Ça n'a rien à voir avec le stationnement en centre-ville. » Au directeur donc du tout nouvel établissement orléanais d'apporter une solution qu'il n'avait pas encore début novembre. Interrogé par apostrophe45, Olivier Boyer semble toutefois avoir trouvé, aujourd'hui, un compromis... provisoire. 

Une autre organisation

En effet, avant même une réunion qui devrait se tenir « dans les prochaines semaines » avec les élus orléanais, les riverains et autres représentants des usagers, la direction du nouvel hôpital d'Orléans explique que, « pour l'instant », elle « essaye d'être pragmatique », en testant autre chose que le stationnement payant. « Nous avons décidé d'une organisation qui, dans un premier temps, vise à différer l'organisation qu'on avait imaginée (donc la tarification du stationnement) il y a bien longtemps. On essaye que les parkings du sous-sol et de surface devant la maternité soient bien réservés aux patients, en ouvrant la barrière à 8 h 40, de manière à ce que les personnels du matin soient amenés à se garer dans les parkings qui leur sont réservés. » Clairement, il n'est pas question que les personnels hospitaliers prennent les meilleures places réservées aux consultants. « Comme tout le monde, arrivant avant les usagers, ils auraient plutôt tendance à se garer au plus près, en sous-sol, et donc ne pas aller mettre leur voiture dans le parking qui leur est réservé, juste derrière. Car il faut marcher. »

DSC_0041_0_0.JPG
L'avenue le long du CHRO pourrait être engorgée si le stationnement devenait payant.

Vers une solution acceptable pour tous ?

Bref, il s'agirait-là d'« une solution acceptable pour tous » qui devra être « expertisée et validée sur la durée », prévient Olivier Boyer. Alors, nous en discuterons avec la mairie, les riverains et les représentants des usagers. » 

Donc, pas de péage pour l'instant même si « la plupart des grands hôpitaux français ont mis en place ce type de stationnement tarifé ». Tous les établissements récemment rénovés connaissent, il est vrai, la même problématique : Nantes, Amiens, Dijon, etc. À chacun sa solution.

Olivier Carré craignait, pour sa part, « des perturbations sur l'ensemble de l'environnement. Pas question qu'il y ait des bagnoles partout sur l'avenue de l'hôpital ou dans le lotissement adjacent », avait-il déclaré lors du conseil municipal d'Orléans de septembre.

L'établissement dispose actuellement de plus de 300.000 m2 de parkings dont plus de 900 places réservées aux usagers et situées aux sous-sols, ainsi que d'un parking aérien à proximité de l'ellipse pour un accès direct aux services pédiatriques, gynécologiques et de maternité. Sans oublier plus de 200 places réservées aux deux-roues. 

Richard Zampa

 

NOUVEL HÔPITAL D'ORLÉANS - Il a fallu que le communiste Michel Ricoud insiste pour obtenir une réponse et « un positionnement clair » du maire (Les Républicains) d'Orléans, ce lundi en conseil municipal. La question du conseiller municipal d'opposition portait sur le futur stationnement payant du Nouvel hôpital d'Orléans (NHO) pour l'usager. En effet, le 19 décembre 2014, apostrophe45 révélait que le parking du centre hospitalier régional allait finalement devenir payant. L'établissement dispose actuellement de plus de 300.000 m2 de parkings dont plus de 900 places réservées aux usagers et situées aux sous-sols, ainsi que d'un parking aérien à proximité de l'ellipse pour un accès direct aux services pédiatriques, gynécologiques et de maternité. Sans oublier plus de 200 places réservées aux deux-roues. 

Lorsque la rédaction d'apostrophe45 avait rencontré le directeur de l'hôpital, Olivier Boyer, les tarifs étaient « encore à l'étude ». D'ailleurs, le directeur général du CHRO semblait avoir déjà poussé la réflexion si l'on en juge la précision de ses propos : « La première heure et demie sera gratuite, puis ce sera à partir de 1.60€ la première heure et, ensuite, de l'ordre de 50 centimes d'euros de l'heure. On est en train de réfléchir, afin que ce soit le moins cher possible pour l'usager. »

Les réserves du maire d'Orléans

Mais Olivier Carré manifeste à ce jour « les plus grandes réserves à propos de la tarification du parking de l'hôpital », a-t-il déclaré en conseil municipal, rejoignant, partiellement, la position de l'élu Front de gauche : « Comme vous le soulignez, quand on accompagne quelqu'un ou que l'on va se faire soigner en voiture, ce n'est pas de gaieté de cœur. Ça n'a rien à voir avec le stationnement en centre-ville. »

Pour Antoine Lebrère, directeur adjoint au CHRO, « le paiement des parkings est une nécessité », tout simplement pour instaurer « un mode de sélection » et ne pas ouvrir au grand public ces zones de stationnement. Bref, pour éviter les voitures ventouses et le risque d'embolie… « Il ne faut pas que ce soit cher mais il faut, en revanche, que ce soit suffisamment dissuasif pour que des gens qui n'ont pas vocation à s'y garer ne l'utilisent pas. Si on ouvre gratuitement ces zones, on risque d'avoir du parking sauvage, ce qu'on a déjà connu, ici à La Source, mais aussi dans d'autres hôpitaux. Il faut que ce soit réservé aux usagers de l'hôpital et à eux seuls. Dès lors, notre seule solution est de faire payer l'aire en continu. » 

DSC_2013.JPG

La crainte de « perturbations »

Sauf que le maire d'Orléans craint « des perturbations sur l'ensemble de l'environnement. Pas question qu'il y ait des bagnoles partout sur l'avenue de l'hôpital ou dans le lotissement adjacent », prévient-il. D'autre part, le stationnement payant obligerait aussi les personnels de l'hôpital à se garer sur les 1.700 places qui leur sont réservées et non au plus près de leur service. Sur cette question-là, Olivier Carré est clair :«  À la direction de trouver la solution. » 

En résumé, le maire d'Orléans a joint «un courrier» au directeur général du NHO avant de lui exprimer «de vive voix» cette problématique, en sa qualité de président du conseil d'administration. « Mais l'hôpital jouit d'une certaine autonomie de gestion », a-t-il conclu. Sous-entendu, la direction du NHO fera bien ce qu'elle voudra.

Richard Zampa

STATIONNEMENT - La Ville d'Orléans a dévoilé, lundi soir en conseil municipal, sa nouvelle tarification du stationnement. L'objectif est de coller au plus près de la consommation effective des usagers.

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg