Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Novembre 2017, 04h17

Société

PÉDAGOGUE - En visite officielle ce vendredi 10 novembre à l’école primaire René-Ferragu à Fleury-les-Aubrais, le secrétaire d’État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi a été confronté à quelques questions élémentaires, très souvent saupoudrées de pertinence, d’élèves curieux de connaître « le travail du ministre », son « emploi du temps », ses rapports avec « le Premier ministre », ses « débuts sur Internet », etc. Bref, autant de questions auxquelles Mounir Mahjoubi s’est prêté volontiers, afin de leur permettre de mieux comprendre « à quoi sert » finalement un ministre chargé du Numérique. Rappelons qu’il participait-là au lancement du programme local « Ambition Numérique » qui vise à équiper avec des ordinateurs connectés de « framboises » tous les établissements scolaires de la commune...

EFFET PAPILLON - Trouver des réponses à l’échelle locale à des problèmes d’ordre international : le Département du Loiret fait face actuellement à cet enjeu avec l’arrivée de plus en plus importante de mineurs qui fuient leur pays dans l’espoir de trouver en France les moyens d’entamer, ou de poursuivre, une scolarité et donc de se construire une vie future décente. Dans le jargon juridico-administratif, on les appelles les MNA, acronyme de Mineurs non accompagnés. 

POIDS LOURD - Silence dans les rangs ! Jean-Marc Mormeck, ancien champion du monde des poids lourds-légers et nommé délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, rencontrera, vendredi 10 novembre, des lycéens de terminale de l’établissement professionnel Jean-Lurçat à Fleury-les-Aubrais. Dans le cadre de la Réserve citoyenne pour laquelle il s’engage depuis 2016, le sextuple champion du monde de boxe travaille à favoriser l’insertion professionnelle, notamment des jeunes ultramarins vivant en métropole et des habitants des quartiers populaires. Autant dire que ses mots devraient peser lourd. Sa mission : promouvoir l’égalité des chances, expliquer à ces élèves de terminale l’importance de la réussite scolaire pour garantir son insertion future et transmettre les valeurs de la République...

INÉGALITÉS - L’écart salarial entre les hommes et les femmes est, au sein de la région Centre-Val de Loire, dans la moyenne nationale avec une différence de 18,6% en défaveur des femmes. « Pour un tiers des cas, on peut dire que cet écart s’explique en terme de secteur d’activité puisque les femmes travaillent dans des secteurs moins rémunérateurs », explique Nadia Bensrhayar, directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité. « Une part d’explications se trouve aussi dans le fait que les femmes ont moins accès aux postes à responsabilités que les hommes, et qu’il existe encore une discrimination face aux responsabilités familiales portées par les femmes. » Ainsi, à l’échelle régionale, les femmes ne représentent que 30% des postes de cadres, un pourcentage en augmentation néanmoins. 

COLÈRE - Ce n’est pas nouveau, la colère gronde dans la police nationale. On se souvient de « la marche de la colère » de plus d’une centaine de policiers, il y a tout juste un an à Orléans, afin d’obtenir, entre autres, « l’adoption de la vacation forte – au lieu d’avoir un week-end sur six, cela leur permettrait d’avoir un week-end sur deux et un mercredi sur deux – est l'occasion inespérée de pouvoir mettre en place un cycle qui a vocation à “resocialiser” nos collègues et leur permettre de pouvoir mieux concilier vie familiale et vie professionnelle », argumente Patrick Lavainne, secrétaire départemental pour UNITÉ SGP Police FO...

FRATERNEL - Suite aux tags à caractère islamophobe sur des murs à Orléans - effacés depuis par les services de la Ville, Monseigneur Blaquart, évêque d’Orléans, a tenu à apporter son « indéfectible soutien à la communauté musulmane orléanaise ». « La haine des musulmans qu'ils manifestent est inadmissible », a-t-il fait savoir dans un communiqué. « Chrétiens, musulmans ou sans religion, nous faisons tous partie de la même communauté humaine. La haine de l'autre, quel qu'il soit, ne peut qu'être destructrice de cette communauté. » (...)

TAGS - L’association L’Union des Associations Musulmanes de l’Orléanais, associée à la Confédération Islamique Millî Görüş Fédération Sud-Ouest et au Collectif Contre l’Islamophobie en France dénoncent dans un communiqué commun « les tags et graffitis islamophobes sur les murs d’Orléans le 14 septembre 2017 ». La photo publiée par apostrophe45 parle d’elle-même. Depuis, ces tags ont été effacés par les services de la Ville qui a d'ailleurs déposé plainte...

RASSEMBLEMENT - Le sénateur socialiste du Loiret, Jean-Pierre Sueur, a été informé par le ministère de l’Intérieur que le rassemblement évangélique estivale « Vie et Lumière » ne s’installera pas en aôut dans la petite ville de Nevoy dans le Giennois. Mais sur le site de Grostenquin en Moselle, comme déjà en 2015.

En 2014, les élus loirétains, eux, avaient, rappelé que la commune de Nevoy recevait déjà, chaque printemps, un grand rassemblement de gens du voyage. Ce qui, par conséquent, contraignait Nevoy et l'intercommunalité de Gien à une double mobilisation logistique et financière, afin d'accueillir ces dizaines de milliers de pèlerins.  

Hostiles à recevoir le rassemblement tzigane sur le terrain de Grostenquin, les élus mosellans devront toutefois composer avec la décision arbitraire du ministère de l’Intérieur. 

RZ

AVANCÉE - Depuis 1986, les personnes séropositives au VIH et aux hépatites décédées ne pouvaient recevoir de soins funéraires. Après 32 ans de dénonciation par les associations AIDES, Actions Traitements, Sidaction, Fédération LGBT, SOS homophobie ou encore SOS Hépatites, ELCS, la levée de l'interdiction des soins funéraires est signée. L’arrêté permettant la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les personnes séropositives au VIH ou à une hépatite virale a été signé le 12 juillet par la ministre Agnès Buzyn, et publié vendredi au Journal officiel...

ANNIVERSAIRE - Il y a quatre ans tout juste, le mariage pour couples homosexuels était autorisé en France conformément aux engagements pris par François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012. « J’ouvrirai le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels », tel était, en effet, l'engagement 31.1 du candidat François Hollande. Et c’est donc au printemps 2013, après 170 heures de débats au Parlement, que cet engagement se transforme en réalité. 

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg