Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 21 Février 2018, 22h22

Polémique

Sujets susceptibles de créer des discussions

RACCOURCIS - En fonction des élus qui les stigmatisent, les journalistes sont « tous de gauche » ou bien « tous de droite », même si la première assertion est plus répandue que la seconde dans la sphère politique. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, le mardi 6 février, Guillaume Peltier, conseiller régional du Centre-Val de Loire, député et vice-président des Républicains, a justifié sa volonté d’instituer des « quotas politiques » au sein des journalistes qui travaillent dans l’audiovisuel public en prenant appui sur une « étude » publiée au lendemain de l’élection de François Hollande et qui aurait démontré que « 96 % des journalistes avaient voté à gauche »

VENT DEBOUT - Alors que 26 associations ont saisi le juge des référés du Conseil d’État pour obtenir la suspension de la circulaire Collomb du 12 décembre organisant le recensement des migrants dans les centres d’hébergement d’urgence, un dispositif qu’elles assimilent à un « tri », RESF45 - Réseau éducation sans frontières - et le COJIE - Comité de soutien aux jeunes isolés étrangers -, appellent à un rassemblement, mercredi 17 janvier, à 14 heures, sur le parvis de la cathédrale d’Orléans. 

POUR MÉMOIRE - Invité d’honneur de la Fête de la Rose à Ingré en septembre dernier, le député PS de l’Ardèche, Olivier Dussopt, confiait à apostrophe45 « entretenir désormais des relations amicales » avec Emmanuel Macron. Ce qui ne fut pas toujours le cas, notamment lorsque ce dernier n’était encore que ministre de l’Économie. En effet, les deux hommes ont eu un premier contact difficile pour ne pas dire musclé. « Parfois, pour se connaître, il faut bien se dire les choses », sourit, aujourd’hui, Olivier Dussopt...

À QUAI - Lors du dernier conseil municipal d’Orléans, la semaine dernière, la majorité a émis un avis défavorable à l’enquête publique visant l’ouverture de la ligne SNCF entre Orléans et Châteauneuf-sur-Loire. Une majorité municipale d’ailleurs embarrassée et divisée sur le sujet car un certain nombre d’élus de l’exécutif avaient émis un avis favorable au titre des autres mandats - conseiller régional et départemental - qu’ils peuvent exercer parallèlement. Fait rare pour être mentionné, l’apposition d’Olivier Carré n’a donc pas rencontré de consensus au sein de sa propre équipe. 

DÉCENTRALISATION - Depuis la fin de l’été, toutes les collectivités ou presque sont vent debout contre le gouvernement, contre l’État et ses hautes administrations, accusés de travailler à la « rejacobinisation, la renationalisation de la France », selon la formule employée ce jeudi matin, en séance plénière du conseil régional, par Guillaume Peltier, chef de file de l’opposition de l’Union de la droite et du centre (UDC). En d’autres termes, les élus locaux reprochent au gouvernement de mettre en œuvre des politiques centralisatrices qui privent, peu à peu, les mairies, les départements et les régions de toute liberté de manoeuvre politique comme financière. 

FIN D’ÉTUDE - Le président de Région persiste et signe : « J’officialise et je vais proposer, lors de sa session de jeudi, à notre assemblée délibérante de donner un avis sur la question de l’implantation d’un lycée à Châteauneuf-sur-Loire. J’adresserai ensuite à Madame la rectrice, Monsieur le préfet et Monsieur le ministre de l’Éducation nationale la position de la Région Centre-Val de Loire qui est favorable à la construction sur le site de Châteauneuf-sur-Loire d’un lycée avec une capacité (viable) de 700 à 800 places. » Contre les 1.100-1.200 places prévus dans le projet initial...

GUERRE DES CHEFS - Un petit communiqué de presse a fleuri sur les tables des journalistes qui assistaient au conseil municipal d’Orléans, lundi après-midi. Il est signé de Florent Montillot, adjoint au maire d’Orléans en charge des affaires scolaires, et par ailleurs président départemental de l’UDI. Et c’est au titre de cette seconde casquette que l’élu a tenu à réagir. À quoi ? À des propos tenus par Richard Ramos, député MoDem dans la sixième circonscription du Loiret, qualifié de « Roi de la Com’» pour l’occasion, et qui « se répand auprès de qui veut l’entendre » que Florent Montillot lui aurait déclaré lors d’une cérémonie œcuménique célébrée à la cathédrale d’Orléans et réunissant protestants et catholiques du Loiret que l’édifice religieux « devait le changer de sa HLM ».  Une pensée pas très charitable, en effet, si le président départemental de l’UDI a tenu de tels propos. 

SERPENT DE MER - Il y a tout juste deux ans, l’élu communiste d’Orléans, Michel Ricoud, craignait déjà que les parkings du Nouvel hôpital d’Orléans à La Source deviennent payants, dénonçant alors « un véritable racket » si tel était le cas. L'établissement dispose de plus de 300.000 m2 de parkings dont plus de 900 places réservées aux usagers et situées aux sous-sols, ainsi que d'un parking aérien à proximité de l'ellipse pour un accès direct aux services pédiatriques, gynécologiques et de maternité. Sans oublier plus de 200 places réservées aux deux-roues. Jusqu’à présent, le CHRO n’a pas inauguré de système à péage même si « la plupart des grands hôpitaux français ont mis en place ce type de stationnement tarifé »...

SERPENT DE MER - Après Jean-Pierre Sueur, c’est au tour de l’opposition municipale des élus PS et Verts de monter au créneau sur le sujet de la Halle de la Charpenterie. Alors que le sénateur PS, et ancien maire d’Orléans, fustigeait récemment les propos tenus par Olivier Carré assurant que l’architecture du bâtiment rendait impossible son utilisation par les maraichers et commerces non sédentaires, l’opposition s’interroge aujourd’hui sur l’intérêt public du projet de l’exécutif de racheter aujourd’hui cette Halle, vendue il y a moins de dix ans au groupe Casino, à l’instar de toute la rue des Halles. 

ÇA L’BOTTE - Richard Ramos ne craint pas la confrontation, aime l’exposition médiatique et l'assume, jouant crânement sa carte politique de « représentant du peuple (…), d’élu de la ruralité ne restant pas dans son bureau au Parlement et défendant chaque dossier qui mérite d’être défendu », explique-t-il. À dix heures pétantes donc, ce vendredi, le député MoDem s’est rendu au rectorat d’Orléans dans le cadre d'un échange improvisé avec Katia Béguin, rectrice de l’académie d’Orléans-Tours, à propos de l'épineux dossier d'implantation d'un lycée dans l'est orléanais...

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg