Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 21 Octobre 2018, 07h57

Economie

CONFIDENTIEL DÉFENSE - Caché derrière ses lunettes noires, le général Gilles Rouby avait tout l’air d’un agent secret en accueillant le major général de l’Armée de l’air sur le site du Lab’O, l’incubateur numérique orléanais. Involontairement (il s’agissait d’une gêne oculaire passagère), l’ancien représentant de la France auprès de l’Otan et de l’Union européenne créait l’ambiance d’une visite consacrée à des activités de haute technologie militaire, classées « confidentiel défense ».

STOP OU ENCORE  ! - Créés il y a quatorze ans, les pôles de compétitivité vont rentrer, à compter du 1erjanvier prochain, dans la 4èmephase de leur développement. Une étape cruciale puisque, à l’issue de l’examen du nouveau cahier des charges édicté par l’État, seuls les bons élèves vont conserver ce label, et donc les finances publiques et le rayonnement potentiel qui l’accompagnent. L’enjeu est donc primordial.

INFO EXCLUSIVE - Selon notre confrère La Lettre Valloire, la pâtisserie industrielle Michel Kremer, qui emploie quelque 250 salariés à Argenton-sur-Creuse (Indre), devrait prochainement changer de mains. L’entreprise serait, en effet, cédée à Mademoiselle Desserts, une entreprise dont le siège se trouve à Condat-sur-Trincou, au nord de Périgueux (24). Cette belle ETI française est devenue, suite à plusieurs acquisitions dont Speciality Desserts, The Handmade Cake Company et Ministry of Cake au Royaume-Uni, « la »référence de la pâtisserie industrielle sur les marchés européens ; la moitié de ses produits est écoulée par le canal de la grande distribution, le reste par la restauration hors foyer. Le fonds IK VIII du britannique IK Investment Partners a pris cet été une participation majoritaire dans Mademoiselle Desserts (220 M€ de CA), qui emploie 1 400 salariés et exploite 9 sites industriels (5 en France, 3 en Angleterre et 1 aux Pays-Bas) ; selon la presse financière, le montant de la transaction aurait avoisiné les 330 M€.

EN SURSIS - Couvé par Alain Esnault, le président de la communauté de communes Touraine Vallée de l’Indre, le projet de village des marques porté par la filiale européenne de l’opérateur américain Torg (pour The Outlet Resource Group) n’a pas réussi son premier examen de passage. Le 16 juillet, le dossier Val de Loire Market (150 à 200 boutiques à Sorigny, au sud de Tours) était rejeté – de justesse – en commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) par 9 voix contre, 7 pour et 1 absention. Le recours déposé devant la commission nationale (CNAC) devrait être examiné en fin d’année.

LUXE - On ne dira jamais à quel point la marque de territoire est devenue un atout incontournable du développement économique. Vendôme vient de le prouver en annonçant l’arrivée du prestigieux maroquinier Vuitton sur son sol. C’est en début d’année que la filiale du groupe LVMH a pris contact avec la commune pour créer un atelier de confection qui devrait compter à terme 200 personnes. Et jouer ainsi sur l’homonymie entre Vendôme et l’adresse de la plus prestigieuse de ses boutiques parisiennes, au 2 de la place Vendôme.
Son choix s’est porté sur deux bâtiments du quartier Rochambeau, en plein cœur de la cité loir-et-chérienne. Dans le bâtiment Régence, classé à l’inventaire des monuments historiques, Vuitton a opté pour 2 557 m2 abritant une partie du musée de la ville ainsi que des services de la communauté d’agglomération. Avec une option ferme sur les 880 mrestants et le passage public reliant la cour du cloître au quartier Rochambeau. Il a aussi jeté son dévolu sur un second bâtiment de 853 m2. Le tout sera vendu, sous réserve des clauses suspensives propres à tout bien relevant du domaine public, 1,7 M€.

VENT DE FACE - L’entreprise Vergnet, connue et reconnue dans le monde entier pour son expertise dans le domaine de l'éolienne, traverse de graves perturbations au point de mettre en danger sa pérennité. Jean-Pierre Sueur, sénateur PS du Loiret, avait d’ailleurs saisi le Premier ministre, Édouard Philippe, au sujet de la situation difficile dans laquelle se trouve l’entreprise Vergnet d’Ormes « et de la nécessité de tout faire pour la sauver »...

TOUT SOURIRE - Entre autres casquettes, Alex Vagner est président de l'association 2000 emplois-2000 sourires qui organise chaque année depuis cinq ans un grand rendez-vous orléanais de l'emploi à destination des jeunes. Celui qui se définit comme « un chamboule-tout » a, en effet, cette capacité à casser les codes admis et à mobiliser un grand nombre d'acteurs publics et politiques pour la bonne cause : et celle de l'emploi pour les jeunes en est une assurément. Après être parvenu à faire labliser « 2000 emplois-2000 sourires » par la Région Centre-Val de Loire qui soutient pour une bonne part cette inititiative, Alex Vagner a décidé d'expoter l'événement à Châteauroux cette année, puis à Paris en 2019, au Grand-Palais. Entretien. 

MOBILISEZ-VOUS - La pétition prend appui sur un décret publié le 27 octobre par le gouvernement et demandant à « EDF d’établir un plan de démantèlement de la filière nucléaire française dans l’objectif de réduire la part du nucléaire à 50 % de la production d'électricité à l'horizon 2025 ». Claude de Ganay interprète cette demande comme la volonté « de démanteler plus d’une dizaine de réacteurs sur tout le territoire national », alors que ce document, moins précis, réaffirme l'objectif d'abord d'une réduction de la part du nucléaire dans la production électrique française de 76% en 2015 (...)

EN FUMÉE - L’usine Seita de Riom, dernière fabrique de cigarettes en France continentale, fermera aux second semestre 2017, ainsi qu’un centre de recherche situé dans le Loiret, a annoncé, mardi, la filiale française du cigarettier britannique Imperial Tobacco, qui cherche des repreneurs pour ces sites qui emploient 326 salariés.

CE QU'IL EN DIT - «La question qui fâche» de nos confrères de franceinfo (site associé à L'Huff) a été posée à Serge Grouard, l'un des rédacteurs du projet de François Fillon, plébiscité au soir du premier tour de la primaire et pour lequel, en 2012, l'équilibre budgétaire de la France était (encore) une obsession. Sur la nouvelle chaîne d'info continue du service public (TNT canal 27), Jean-Paul Chapel a donc reçu le député LR qui a répondu à la question suivante : « Faut-il élire un président de gauche pour en finir avec l'explosion des déficits et de la dette ? » (cliquez sur le lien).

Soulignons que le Premier ministre de Nicolas Sarkozy a laissé un déficit abyssal (4,8%) au gouvernement de François Hollande, qui aura passé tout le quinquennat à essayer de le ramener sous la barre des 3%. En revanche, François Fillon promet de laisser une nouvelle fois exploser les déficits à 4,7 % du PIB dès 2017.  

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg