Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 18 Juillet 2018, 12h24

Alors qu'un papier de nos confrères du Monde évoque les états d'âme de nombreux députés LRM, Stéphanie Rist réaffirme, elle, la force de son engagement. 

«Je ne vais pas baisser les bras alors que le premier apprentissage est passé ! », Stéphanie Rist. 

MORAL EN BERNE - Un papier publié chez nos confrères du Monde a fait réagir Stéphanie Rist, députée La République en Marche dans la 1ère circonscription du Loiret. L’article paru dans la quotidien national, titré « Le coup de blues d’une partie des députés LRM » fait état du fort malaise éprouvé par certains députés du camp Macron qui ont, six mois après leur élection, toujours du mal à trouver leurs repères à l’Assemblée nationale et à s’y sentir réellement utiles. Selon une source citée par le Monde, « une centaine sont perdus pour la cause », et sur le point même, pour quelques-uns d'entre eux, de lâcher leur mandat. « Au-delà de la fatigue éprouvée après six mois de réformes intenses et un marathon budgétaire dense, beaucoup cherchent encore leur place et leur utilité », explique l’article. 

« Mon énergie, je la puise aussi et d’abord dans mon travail en circonscription »

Manifestement, Stéphanie Rist ne connaît pas, elle, ce désœuvrement, et pas davantage le découragement qui semble saisir bon nombre de ses camarades dans l'hémicycle. « J’entends, je lis qu’on parle beaucoup de la lassitude de députés plus ou moins nombreux. Je le vois aussi, puisque je fréquente tous les jours ces hommes et ces femmes dont certains et certaines sont devenus des amis. (…) Mais je veux vous dire que ma détermination est intacte, mon engament reste entier. (…) Je reste toujours aussi attachée à mériter la confiance exprimée par les citoyens qui m’ont élue, et de tous ceux qui ne l’ont pas fait », a réagi, par voie de communiqué de presse, la députée du Loiret. Qui poursuit ainsi : « Mon énergie, je la puise aussi et d’abord dans mon travail en circonscription. À travers les rencontres à la permanence, qui me permettent de découvrir chaque jour de nouveaux visages de notre territoire. (…) Je ne vais pas baisser les bras alors que le premier apprentissage est passé ! Je suis fière du chemin déjà parcouru par la majorité, de celui que j’ai commencé à tracer. Et je continuerai à avancer avec énergie pour parler d’une voix libre en restant fidèle à mon engagement et à mes convictions », conclut Stéphanie Rist.

La rédaction.