Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Avril 2018, 19h36

En visite à Montargis lundi, le Premier ministre a déclaré vouloir mobiliser «un fonds d'extrême urgence pour les personnes ayant tout perdu».

« Ce ne sont pas des montants énormes pour l'État mais ils le sont pour des gens modestes ou sans ressources, des personnes qui ont tout perdu et qui doivent, aujourd'hui ou dès demain, racheter du matériel de première nécessité », Manuel Valls.

LE JOUR D'APRÈS - Le retour à la normale risque de «prendre du temps» et «il y a urgence à venir en aide à ceux qui ont tout perdu», a déclaré, lundi matin, Manuel Valls en visite à Montargis, après une réunion à Beauvau des ministres concernés par la crise des inondations, dont le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui l'accompagnait dans le Loiret. C'est donc dans l'urgence que s'est organisé ce déplacement, au lendemain des inondations qui ont très durement touché l'est du département. 

Les stigmates sont, bien sûr, encore visibles dans le centre-ville ravagé par les eaux du Loing, ce « petit » affluent de la Seine. Les sacs et les cartons s'entassent sur les trottoirs. L'heure est donc au tri, au grand nettoyage et à l'inventaire des nombreux dégâts qui n'ont malheureusement épargné personne. Des particuliers, les plus touchés évidemment, aux collectivités locales (l'agglomération) en passant par les institutions (la sous-préfecture), le musée du Girodet, sans oublier les agriculteurs et le monde économique montargois, tous ont connu des heures difficiles. Et « désormais le temps le plus important est devant nous », a déclaré le Premier ministre, bien décidé à « agir au plus vite » et à faire montre de « solidarité » à l'égard des victimes. « Nous venons de rencontrer des personnes qui ont tout perdu, des jeunes, des moins jeunes, des gens parfois modestes. Certains se retrouvent dans la détresse, alors nous voulons mettre en œuvre cette urgence de la solidarité avec les services de l'État pour que ces gens puissent s'en sortir dans les jours à venir », a-t-il ajouté, bien décidé « à tirer , de cette épreuve, tous les enseignements »

IMG_2174.JPG

IMG_2177.JPG

« Les gens attendent des actes car ils sont face à l'épreuve »

Malgré la détresse légitime des Montargois, l'heure est déjà à la reconstruction. Guidé par  Jean-Pierre Door, député-maire (LR) de Montargis, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont ainsi pu prendre, au lendemain d'inondations jugées « exceptionnelles », le pouls d'une ville qui tente cahin-caha de sortir la tête de l'eau. « Les gens attendent des actes car ils sont face à l'épreuve », a constaté Manuel Valls. Pour ce faire, le Premier ministre a annoncé qu'il débloquerait, « dans les 48 heures, un fonds d'urgence de plusieurs dizaines de millions d'euros qui fonctionnera en coordination avec les préfets, les centres communaux d'action sociale (CCAS), afin de répondre aux besoins et à l'urgence ». Le Premier ministre a aussi mentionné la mise en place « dès aujourd'hui » par Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, « d'une cellule de continuité économique, comme après les attentats ». Tout au long de sa déambulation dans les rues de Montargis, il a insisté sur la nécessité d'une reprise rapide de l'activité économique normale.

IMG_2203.JPG
Un certain nombre d'œuvres du musée Girodet à Montargis devront être restaurées.

L'état de catastrophe naturelle sera, parallèlement, déclaré dans toutes les communes touchées par les inondations, avait ajouté, un peu plus tôt dans la matinée, le chef du gouvernement. En revanche, aucun montant précis n'a été acté concernant le fonds d'extrême urgence, juste « plusieurs dizaines de millions d'euros ». « Ce ne sont pas des montants énormes pour l'État mais ils le sont pour des gens modestes ou sans ressources, des personnes qui ont tout perdu et qui doivent, aujourd'hui ou dès demain, racheter du matériel de première nécessité. »

 

 

Manuel Valls et Bernard Cazeneuve font le point sur la situation montargoise.

«Il faudra tirer tous les enseignements»

Là encore, aucune estimation précise des dégâts n'est, à ce jour, possible. À l'échelle nationale, on parle de plus d'un milliard d'euros de dégâts. Quant à connaître le degré de responsabilités - en dehors de la météo - des collectivités comme des sociétés privées qui n'auraient pas su anticiper ce type d'événements, Manuel Valls a déclaré qu'il était « encore trop tôt mais (qu') il faudra tirer tous les enseignements sur les ouvrages, les canaux, les digues et les plans mis en œuvre. Ce temps-là est nécessaire. »

IMG_2172.JPG

Jean-Pierre Door a, lui, pointé du doigt la fragilité des berges du canal de Briare notamment. Lesquelles « devront être renforcées. Demain, il faut prévenir. Jusqu'ici, ça n'a pas été fait alors qu'on avait alerté l'État sur le sujet à plusieurs reprises »

IMG_2228.JPG
L'une des brèches sur les berges du canal de Briare, en plein centre de Montargis.

Comme le Département, la Région, par son président (PS) François Bonneau, a annoncé qu'elle participerait à son tour au soutien de ce fonds d'extrême urgence, proposant «un million d'euros ». Et ce en attendant les assurances.

 

 

 

Richard Zampa

Le Loiret reste en vigilance jaune

Le niveau de vigilance est maintenu au niveau jaune. La situation est quasiment normale sur les routes et les agents départementaux sont mobilisés sur le terrain pour assurer la sécurité des Loirétains.

Sur l'agglo d'Orléans :
- La RD 557 entre le giratoire des Varannes et la route Nationale a été ré-ouverte suite à la fin des opérations de retrait du matériel de pompage par l'AgglO.
- Les RD 97 (Orléans/Saint-Lyé), 702 et 102 sur Gidy / Huêtre sont toujours fermées. 

Montargois : pas d'évolution
- Les RD 163 et 627 sont ré-ouvertes.
- Les RD 32, 315, 740 sont fermées.

Giennois et Sullylois
-La RD 926 Pont de Bonny sur Loire a été ré-ouverte. 

 Pithiviers : Amélioration
-La RD 167 est ouverte à Mareau aux Bois.
-La RD 831 est toujours fermée.  

Aucun problème n'a été signalé dans les collèges aujourd'hui. La restauration scolaire s'est déroulée normalement. Toutes les lignes de transports scolaires ont circulé ce lundi, cependant des retards sont à prévoir sur certaines lignes