Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Octobre 2018, 18h10

Bonne nouvelle sur le front de la lutte contre le chômage alors que le gouvernement envisage de durcir le ton. 

Ces bons chiffres arrivent à point nommé pour le gouvernement alors qu’il envisage de durcir les sanctions dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage.

EMBELLIE - Bonne nouvelle pour ce mois de décembre : selon des chiffres publiés mercredi 27 décembre par le ministère du Travail, le nombre de demandeurs d’emplois a baissé de -1,2 % dans le département du Loiret en novembre par rapport au mois précédent et de -5,2% sur trois mois (soit - 1 880 personnes). En l’espace d’un an, le chômage a diminué de -2,7 % au niveau départemental. 

À l’échelle de la région Centre-Val de Loire, le nombre de demandeurs d’emploi a baissé de -1,5 % sur un mois, de - 3,8 % sur trois mois et de -1,3 % sur un an. En fonction des départements, l’évolution n’est évidemment pas la même, et se situe, d’un mois sur l’autre, entre -3,2% dans le Cher et -1,0% en Indre-et-Loire. 

Nombre de demandeurs d'emplois par département

Capture d’écran 2017-12-27 à 19.51.05.png
Source. préfecture 
 

Au niveau national, l’embellie est un peu moins prononcée avec une baisse établie à -0,8% en novembre (-29.500), pour s'établir à 3,45 millions de personnes en métropole. Il s'agit-là du plus bas niveau de chômage depuis octobre 2014. 

 La négociation sur la réforme de l'assurance chômage doit débuter le 11 janvier

Ces bons chiffres arrivent à point nommé pour le gouvernement alors qu’il envisage de durcir les sanctions dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage, comme l’a révélé le Canard Enchainé daté du 27 décembre, sur la base d’une note confidentielle du ministère du Travail. Rappelons que la négociation sur la réforme de l'assurance chômage doit débuter le 11 janvier et s'achever mi-février. Les partenaires sociaux prévoient de négocier, entre autres, les modalités du contrôle des chômeurs, un sujet sur lequel le gouvernement souhaitait initialement garder la main.

Actuellement, en cas de recherche d'emploi insuffisante ou de refus de formation, un chômeur peut voir son allocation réduite de 20% pendant deux à six mois. En cas de manquements répétés, l'allocation baisse de moitié pendant deux à six mois, et peut même être supprimée définitivement. En cas de refus à deux reprises d'une offre raisonnable d'emploi, l'allocation est suspendue pendant deux mois. Si le refus se répète, elle peut être supprimée pendant deux à six mois, voire définitivement.

Chaque demandeur d'emploi devra remplir un « rapport d'activité mensuel »

Selon la note citée par l'hebdomadaire satirique, une recherche insuffisante, un refus de formation ou un refus de deux offres d'emploi jugées raisonnables, entraînerait une réduction des allocations de 50% pendant deux mois. En cas de récidive, elles seraient supprimées pour une durée de deux mois.

En outre, chaque demandeur d'emploi devra remplir un « rapport d'activité mensuel », listant l'ensemble des démarches effectuées pour favoriser son retour à l'emploi, selon cette note rédigée par Antoine Foucher, directeur de cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.  

Le 22 novembre, Pôle Emploi a dressé le premier bilan du contrôle des chômeurs, entamé fin 2015 : les 269.000 contrôles ont abouti à 14% de sanctions, soit 37.000.

La rédaction.