Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 20 Janvier 2018, 23h51

La mairie a choisi de réhabiliter les anciens bâtiments Dessaux en lieu de création artistique d'ici 2019. Avec de fortes ambitions.

« Ces artistes ont pour vocation de construire l’âme du lieu avant même qu’elle soit existante dans les murs », Olivier Carré.

ENTRE LES MURS - Pour être honnête, il est encore un peu difficile de se projeter à la fin de l’année 2019, et de concevoir ce que deviendront les 2.500 m2 des anciennes vinaigreries Dessaux appelées à quitter leur vocation industrielle du 19ème siècle pour embrasser une carrière artistique au 21ème. C’est, en effet, dans ces bâtiments où toute vie a cessé depuis le début des années 80, où les graffitis ont pris possession des façades comme des murs intérieurs, que la mairie a choisi d’installer une fabrique pour les arts plastiques et visuels d’Orléans, autrement dit un lieu de création et d’exposition ouvert aux artistes locaux, nationaux et, pourquoi pas, au rayonnement international. « Il y aura dans ces bâtiments sur trois étages un espace d’exposition ou de performance artistique, des ateliers individuels et des ateliers de production mutualisés avec du matériel lourd », a expliqué Sophie Ferkatadji, directrice des affaires culturelles de la ville. Des artistes qui pourront travailler en ces lieux pour des périodes plus ou moins longues, certains pouvant même être accueillis en résidence pour des séjours de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois. 

La proposition architecturale de Nathalie T’Kint plébiscitée

À l’issue d’un concours architectural ouvert en mars 2017, et qui a reçu 141 dossiers de candidature, quatre équipes ont été retenues et chacune d'elles a livré son projet en octobre 2017. Une seconde et ultime sélection a eu lieu ensuite, et c'est finalement la proposition architecturale de Nathalie T’Kint qui a remporté le plus de suffrages. « Les extensions projetées s’expriment par une architecture minimaliste et contemporaine qui permet de ne pas entrer en concurrence avec l’architecture historique et de servir de support à la mise en valeur patrimoniale du site des anciennes vinaigreries Dessaux en s’insérant dans cet héritage et en s’appuyant contre », précise le dossier de presse fourni ce mercredi, lors d'une présentation organisée sur place.

IMG_0526_1.JPG
Mercredi, en fin d'après-midi, Olivier Carré et Nathalie Kerrien, adjointe à la culture, ont présenté le projet architectural. (Photo. apostrophe45)

Ceci étant, si le projet architectural est défini dans ses grandes lignes, il pourra encore être amendé par les futurs locataires des lieux puisqu’un collectif d’une douzaine d’artistes locaux a vu le jour dans le but de guider la main de la mairie dans les choix de conception, de réalisation et d’aménagement. « Ces artistes ont pour vocation de construire l’âme du lieu avant même qu’elle soit existante dans les murs », a souligné Olivier Carré, maire d’Orléans. « Nous souhaitons redonner une nouvelle vie à ces  bâtiments à partir des fondamentaux. Ces lieux ont été créés pour fabriquer, on passe à une autre époque, mais ce lieu restera un lieu de création, et non pas un musée supplémentaire », a poursuivi le maire de la ville.

 

IMG_9953_0.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



La façade actuelle des anciennes vinaigreries, quartier Bourgogne, édifiées après 1892. (Photo. apostrophe45)

Entretenir des liens féconds avec les Tanneries d’Amilly comme avec le centre de création contemporaine Olivier Debré à Tours.

Pour Nathalie Kerrien, adjointe en charge de la culture, cette « fabrique artistique » doit impérativement entretenir des liens féconds avec les Tanneries d’Amilly comme avec le centre de création contemporaine Olivier Debré à Tours. Autrement dit, ne pas exister comme une structure fermée sur elle-même, mais à l’inverse entretenir en permanence des liens étroits avec les autres offres artistiques régionales comme avec le public d’ailleurs, aussi divers soit-il. Le calendrier prévisionnel prévoit, lui, à partir de janvier prochain et jusqu’à juin, des études de maîtrise d’œuvre puisque la future construction s’appuiera en partie sur l’existant, avec des contraintes techniques et architecturales relativement importantes donc. Les travaux de réhabilitation s’effectueront, eux, de l’été 2018 à l’automne 2019. Ensuite, l’art investira les lieux pour une nouvelle ère.

A. G. 

Fabrique 4 - ©Agence Nathalie T'kint .jpg

Fabrique 2 - ©Agence Nathalie T'kint .jpg
Fabrique 3 - ©Agence Nathalie T'kint .jpg
Le projet architectural de l'agence de Nathalie T’Kint